WINCKLER Michelle

« C’est d’abord l’observation continuelle de la nature, sa place, sa fragilité, sa force sa beauté.
Commence alors le travail sur la matière, ce long cheminement jusqu’au dépouillement.
Petit à petit, pas à pas, lentement, découvrir, retirer, renoncer au geste de trop.
Observer L’équilibre des creux, des pleins, des vides.
Ecouter, dialoguer avec la matière, laisser ma sensibilité d’artiste réagir à son contact.
Peu à peu la forme apparait, les lignes, les angles, les rondeurs se superposent, s’unissent dans un espace précis qui les unit.
Les formes suffisent à émouvoir, elles sont chargées des résonnances du geste sur la matière, et porteuses du contenu émotionnel.
Il n’y a pas de message à transmettre, simplement des sensations glanées ici et là et transcrites en partage »