Retrouvez ici la liste complète des artistes exposants au Festival Cap sur les Arts depuis 2011.

SIMONET Pascale

Catalogue 201 - Monotype, estampe et crayon sur papier BFK - 50x70 - 2019

Le monde en régime turbulent

Suivant ses perpétuelles interrogations sur la place de l’être dans les organisations et les calculs du monde, Pascale Simonet développe la représentation du MONDE EN REGIME TURBULENT dans les séries Ordre du Chaos, Ordre des Agencements et Ordre des Signes.

C’est parce qu’elle raconte une part de notre histoire humaine qu’elle définit son travail comme « abstraction narrative ». Les signes que nous utilisons pour transmettre notre acception du monde sont porteurs de représentation abstraite, de symboliques infuses et de métaphores visuelles : elle cherche à matérialiser tous ces éléments de discours qui disent notre vie.

Lire la suite...

SUTTON Christine

Mines N°1. Goudron sur papier 90x120 cm

Le charbon, l'anthracite, le graphite sont des matières identiques. Le goudron est un résidu de la transformation du charbon. On utilisant ces matières pour le dessin des terrils et les mines il y a toujours un corelation entre matière sujet et support.

Les reflets métalliques satiné du graphite, accentue la matière.Le noir brillant de encre de chine, acrylique ou goudron, attire la lumière, ajoute des traces blanches au dessin. Le mat du pastel sec ou pastel à l'huile absorbe la lumière, attire le spectateur vers les bas fonds. Ces alternances mats et brillants joue sur la surface et la profondeur, crée des perspectives. L' acceptation ou l'absorption du regard, le reflet ou refus, côte à côte les noirs dévoilent leurs différences, et créent la couleur.

VALLEE Françoise

Sans Titre

Existe-t-il un lien entre la peinture et la couture ?

Le fil est là, rassurant, symbole de la conduite à tenir, pour se raccrocher, tisser des liens et garder le cap. Il m’appartient comme celui que sécrète l’araignée pour tisser sa toile ; il est organique et accompagne le déplacement. Il ne prétend pas attraper une quelconque proie – pas de filet ni de maille – mais se dévide plutôt de façon continue et inaltérable sans autre but que d’habiter le lieu de sa présence.

Coudre pour faire durer le plaisir, opposer la patience dans un quotidien trop pressé et surchargé d’informations, recherche d’une distance par rapport au monde.
Dans le silence et la répétition du geste de l’aiguille qui pique la toile, oubli de soi et du temps, absence pour une meilleure présence au monde dans le recul et la réflexion.
Travail d’intériorité.

Lire la suite...