Retrouvez ici la liste complète des artistes exposants au Festival Cap sur les Arts depuis 2011.

GIAMBRONI José-Luis

L'idole, 15x16 cm

Mon travail est centré sur l’individu et la mémoire. L’accumulation de ces informations, souvenirs propres et empruntés constituent un vocabulaire dans lequel je puise.

Un témoin est le guide et responsable, le maître de cérémonie de ces jours toujours mal fermés.

Des êtres restent prisonniers entre les pliures de ce temps mal réglé, englouties dans l’oubli prêt à réapparaitre et à répéter des histoires sin fin.

J’aborde mes sujets par les biais de la pointe sèche, et l’eau forte, les mieux adaptés au ma thématique.

bruno guihéneuf

Flux 199 - acier laqué

Depuis déjà plus de 30 ans la sculpture est l’ouverture par laquelle je tente de comprendre le monde, la vie, l’art...La conscience et le savoir-faire cheminent ensemble, les périodes successives témoignent de cette évolution .En 2010 commence une nouvelle recherche, les FLUX, une attention particulière pour tout ce qui constitue les dynamiques de l’univers : chaque jour regarder le même arbre et chaque saison voir que tout change, chaque moment de la vie approfondir ce que l’on maîtrise et pourtant tout réinventer. Regarder l’arbre ou les sillons de la terre, s’inspirer des rides sur l’eau ou des mouvements des nuages, puiser dans l’organique et sculpter ce souffle de la vie, cette vague de fond qui nous porte et nous offre rencontres et découvertes, calligraphier dans l’acier ces ondes puissantes et délicates telle est l’essence de mes sculptures FLUX au fil des ans.

Danse d'attente - 130x97cm - 2021

Peintre-toi la langue, pourrait être le joyeux mot d’ordre de ma peinture (parti d’un lapsus d’une citation de Matisse
« Peintre coupe-toi la langue »)

à l’origine de tous mes tableaux
il y a la musique, entêtante, en boucle
musique qui impulse le rythme
rythme qui anime le corps
corps qui entre en danse
en danse d’écriture
première couche du palimpseste
les lignes s’y superposent
le mouvement cherche la dynamique de sa langue
atteindre la chair des mots
inventer les bouches du passage
toucher la polysémie du verbe
dans l’empâtement de la matière
vacillement des pieds sur le sol animal, oscillation de la voix interrogeant le ciel
e
ffacement, empâtement
la verticalité ne va pas de soi
l’homme qui parle non plus

 

 

 

HOFFMANN Godwin

Sans titre (référence 12.1.3)

Godwin Hoffmann est un artiste plasticien allemand né en 1945 et décédé en 2013.

En partant de l'expression figurative, il trouve rapidement sa voie dans la peinture non-figurative marquée par le constructivisme. Libéré du calcul mathématique par l’introduction de moyens aléatoires, il abandonne la peinture de chevalet. Ses recherches fondées sur la forme de l’œuvre le conduisent à réaliser des tableaux à caractère sculptural, s’adressant également à la cimaise et à l’environnement, lesquels deviennent une part constituante de l’œuvre.

Appliquant des règles strictes à ses compositions et animant ses toiles de larges bandes verticales colorées, son travail joue sur les résonances chromatiques. La couleur détient en effet un rôle prédominant dans son oeuvre, comme marque du geste pictural mais aussi dans la façon de la mettre en valeur, de l’inscrire dans l’espace. A partir de 1992, Godwin Hoffmann s'intéresse à la technique du fusain sur papier réalisant un nombre important de dessins. Parallèlement à la peinture et au dessin, son œuvre compte également des gravures.

HUE Jacques

LUMIERE VIBRATION 2016 104X104

Développer un espace par la couleur: c'est ce qui caractérise mon parcours.

L'univers végétal et minéral furent des supports visuels omniprésents pendant une longue période.
Ces quinze dernières années, c'est dans l'univers de la musique que je me suis totalement immergé.

En Novembre 2018, mon intérêt pour le minéral a ressurgi en Bretagne, face aux chaos de Trégastel et de Ploumanac'h.

Lire la suite...